Glossaire

La terminologie dans ce domaine étant bien spécifique, voici quelques définitions de termes et sigles fréquemment utilisés dans la discipline

Elève allophone : Personne dont la langue maternelle est différente de celle du pays d’accueil.

CECR : Cadre européen commun de référence pour les langues. Document de référence pour l’enseignement et l’évaluation des langues étrangères, élaboré à l’initiative du Conseil de l’Europe.

CLIN : Classe d’initiation. Classe d’initiation pour les élèves non francophones nouvellement arrivées en France (1er degré). Ancienne dénomination

CLA : Classe d’accueil. Classe d’accueil pour pour les élèves non francophones normalement scolarisés antérieurement (2nd degré). Ancienne dénomination

UPE2A : Unité pédagogique pour élèves allophones arrivants. Nouveau dispositif mis en place remplaçant les CLIN et les CLA. Nouvelle dénomination

ENAF : Élève Nouvellement Arrivé en France. Public d’élèves non francophones arrivants en France. Ancienne dénomination

EANA : Élève Allophone Nouvellement Arrivé. Public d’élèves non francophones arrivants en France. Nouvelle dénomination

NSA : Non scolarisés antérieurement. Public d’élèves non francophones qui ont souvent été à l’école antérieurement, mais sur une durée réduite ou dans des conditions inadéquates pour un bon apprentissage.

FLM : Français Langue Maternelle. C’est la langue apprise par la personne dans son milieu familial dès l’enfance, de façon non formelle. On parle de locuteur natif

FLE : Français Langue Etrangère. C’est la langue enseignée à des apprenants non francophones en France ou à l’étranger. Le FLE apporte une vision différente de l’apprentissage et de l’enseignement. Il ne s’enseigne pas de la même façon à des étrangers qu’à des natifs de langue maternelle et possède des enjeux, des exigences, des méthodes et des contenus bien spécifiques.

FLS : Français Langue Seconde. C’est la langue apprise dans un second temps, après l’apprentissage de la langue maternelle. Elle dispose d’un statut dans le pays considéré et est pratiquée de façon plus ou moins importante par tout ou partie de la population. Au Mali, le français est langue seconde puisque c’est la langue officielle, administrative, politique et économique.

FLSco : Français langue de scolarisation. C’est la langue enseignée à des non-francophones en tant que facteur d’insertion dans un cursus scolaire. Ses objectifs sont l’acquisition du langage scolaire, du langage interdisciplinaire et disciplinaire. Ces publics d’apprenants relèvent souvent des dispositifs CLIN et CLA.

DELF : Diplôme d’Etudes en Langue Française. Diplôme officiel délivré par le ministère français de l’Éducation nationale pour certifier les compétences en français des candidats étrangers et des Français originaires d’un pays non francophone et non titulaires d’un diplôme de l’enseignement secondaire ou supérieur public français. Le DELF se compose de 4 diplômes indépendants (A1, A2, B1, B2), correspondant aux quatre niveaux du Cadre européen de référence pour les langues.

CASNAV : Centre Académique pour la Scolarisation des enfants allophones Nouvellement Arrivés et des enfants issus de familles itinérantes et de Voyageurs. Structure chargée de l’accompagnement de la scolarisation, d’une part des élèves nouvellement arrivés en France sans maîtrise suffisante de la langue française ou des apprentissages scolaires et d’autre part, des enfants du voyage.

MGI : Mission Générale d’Insertion. Elle désigne l’obligation dévolue à l’établissement d’assurer le suivi vers la qualification de tous les jeunes qui quittent le système éducatif sans diplôme ni solution de poursuite de formation qualifiante.
Son action se situe en amont ( prévention du décrochage) et en aval (repérage et accueil des jeunes sortis avant l’obtention d’un premier niveau de qualification) de la rupture de formation.

CADA : Centres d’Accueil de Demandeurs d’Asile. Ils offrent aux demandeurs d’asile un lieu d’accueil pendant la durée de l’étude de leur dossier de demande de statut de réfugié. Cet accueil prévoit leur hébergement, ainsi qu’un suivi administratif (accompagnement de la procédure de demande d’asile), un suivi social (accès aux soins, scolarisation des enfants, etc.) et une aide financière alimentaire.